Rafraîchir la page

Le Languedoc Roussillon

Agence immobilière indépendante et familiale 
située à Lunel-Viel 

Si vous souhaitez acquérir une villa, une maison de village ou un appartement en Languedoc Roussillon, il est interéssant d'optenir quelques renseignements. Nous mettons à votre disposition, ci-dessous, un ensemble d'informations générales ; Population, densité, repère géographique, liens utiles afin de vous familiariser avec notre département et vous guider dans vos recherches sur notre secteur.

                                                                                                            
Infos                         

Le Languedoc-Roussillon est une région française composée de cinq départements.(Herault, Gard, Lozere, Pyrénées Orientales , Aude) Elle est bordée  au sud par l'Espagne, Andorre et la mer Méditerranée (le golfe du Lion), et les régions françaises suivantes : Provence-Alpes-Côte d'Azur, Rhône-Alpes, Auvergne, Midi-Pyrénées.

Plusieurs éléments naturels la limitent : les Pyrénées, puis le seuil du Lauragais, les Cévennes et le fleuve Rhône. Plusieurs géographes ont parlé d'un amphithéâtre tourné vers la mer en parlant des montagnes et des plaines languedociennes et roussillonaises.

Les langues de la région sont en plus du français l'occitan (languedocien, auvergnat, provençal) et le catalan. Le nom de la région se dit en occitan Lengadòc-Rosselhon et en catalan Llenguadoc-Rosselló 

En résumé                                                                                        

Le Languedoc-Roussillon :

une région attractive, malgré un déficit d'emplois

La croissance démographique du Languedoc-Roussillon est la plus forte de France, après la Corse. Depuis 1999, la région gagne plus de 33 000 habitants chaque année. Le dynamisme démographique est particulièrement sensible sur le littoral et dans les zones sous influence des principales agglomérations, Montpellier, Nîmes et Perpignan.

La forte croissance démographique résulte, pour l'essentiel, de l'attractivité du Languedoc-Roussillon. Les flux migratoires contribuent par ailleurs à ralentir le vieillissement de la population. Les nouveaux arrivants sont moins âgés que les résidents. Même si la population régionale est plus âgée que la moyenne nationale, le solde naturel demeure positif et explique un dixième de l'accroissement de la population.

L'attractivité de la région dynamise la population et l'emploi

L'afflux de population dynamise l'emploi et renforce la vocation résidentielle de l'économie régionale. Le Languedoc-Roussillon se situe au deuxième rang des régions françaises pour la croissance de l'emploi entre 2000 et 2007 (près de 2 % par an contre moins de 1 % pour l'ensemble des régions métropolitaines). La construction, les services aux particuliers, les services publics, les activités associatives et, dans une moindre mesure, le commerce, constituent des piliers spécifiques, et toujours moteurs, de l'emploi régional. Ces secteurs subissent cependant assez fortement les effets de la crise économique actuelle.

Les fortes évolutions annuelles de la population ou de l'emploi ne doivent pas occulter les importants mouvements saisonniers. En effet, l'attractivité touristique s'ajoute à l'attractivité résidentielle. Le Languedoc-Roussillon est à ce titre la deuxième région pour la part des résidences secondaires dans le parc de logements et la première région pour le nombre d'emplacements de camping. Les deux dernières saisons touristiques ont été stables en Languedoc-Roussillon alors que la tendance nationale est à la baisse. La clientèle française a soutenu l'activité alors que la fréquentation étrangère était en recul.

L'appel à la main d'œuvre saisonnière est également important dans le secteur agricole pour la récolte des fruits et légumes et les vendanges. Le Languedoc-Roussillon possède toujours le premier vignoble français en surface, mais le nombre d'emplois dans l'agriculture diminue notamment en raison de la crise viticole.

Le dynamisme économique de la région se traduit également par le plus fort taux de créations d'entreprises des régions françaises de métropole même s'il s'agit pour l'essentiel de toutes petites unités. Les entreprises continuent à se concentrer dans l'économie résidentielle. Elles tendent aussi à se diversifier dans des secteurs industriels à forte valeur ajoutée comme l'agroalimentaire ou les services associés aux entreprises (conseil-assistance, recherche). L'appareil productif régional demeure fragile. En effet, le taux de survie des entreprises régionales est un des plus faibles de France.

Économie générale

En quelques lignes Rédaction achevée le 10/02/2012.

En 2009, le produit intérieur brut (PIB) du Languedoc-Roussillon s'élève à 60,5 milliards d'euros. Le PIB régional diminue de 2 % en 2009 par rapport à 2008 en euros courants. Cette baisse est similaire au niveau national (-2,1 %). La part de la région Languedoc-Roussillon dans la création de richesse nationale, stable entre 2008 et 2009, atteint 3,2 %.

En termes de richesse produite par habitant, le Languedoc-Roussillon demeure parmi les plus faibles de France (22 984 euros). La région est mieux classée lorsqu'on rapporte le PIB régional à l'emploi.

La contribution du secteur tertiaire à la valeur ajoutée s'élève à 82 %, contre 79 % pour la France métropolitaine. En 2009, le secteur de l'industrie est en net repli par rapport à 2008 (-13 %). C'est le principal facteur contribuant à la diminution de la valeur ajoutée totale.

Finances publiques

Le budget primitif de la Région Languedoc-Roussillon pour 2010 se base sur un équilibre entre les recettes et les dépenses, à 1 115 millions d'euros. Ce budget est en hausse de 1,8 % par rapport à 2009.

La Région se distingue par des dépenses d'investissement de 184 euros par habitant, ce qui représente 43 % des dépenses totales. Au niveau national, ces dépenses s'élèvent à 173 euros par habitant, soit 39 % des dépenses totales.

Le premier poste de dépenses de la Région concerne les lycées (110 € par habitant prévus en 2010), puis la formation professionnelle (80 €) et le transport ferroviaire (53 €).Pour 2010, la Région table sur une augmentation des dépenses consacrées au transport ferroviaire (+8,2 %), contrairement aux autres types de dépenses.

Les comptes administratifs de la Région, pour l'année 2008, font apparaître un excédent de 2 millions d'euros. Avec 455 millions d'euros, la part de l'investissement représentait 45 % du budget contre 39 % pour la France de province.

En 2007, les dépenses des cinq départements de la région ont été nettement plus élevées que la moyenne en France. La dépense totale par habitant a varié de 1 063 euros par habitant dans l'Hérault à 1 347 euros en Lozère. Le département de l'Aude a consacré le montant par habitant le plus élevé pour l'action sociale et les collèges (respectivement 605 € et 69 € par habitant). La Lozère est le département qui a investi le plus dans la voirie (258 € par habitant).

En Languedoc-Roussillon, en 2007, les collectivités locales ont prélevé 2,7 milliards d'euros au titre des quatre taxes directes. La taxe foncière sur les propriétés bâties a représenté 38 % de ces recettes fiscales et la taxe professionnelle 34 %.

Échanges extérieurs

Après une diminution des échanges extérieurs en 2009, l'année 2010 marque la reprise des importations et des exportations (respectivement +15 % et +12 %). La hausse plus prononcée des importations porte le déficit des échanges régionaux à 3 milliards d'euros en 2010. Le solde commercial du Gard et celui de la Lozère sont excédentaires.

Les produits industriels ainsi que ceux de l'agroalimentaire figurent parmi les principales marchandises exportées par la Région. Ils représentent 59 % des exportations et 41 % des importations. Les importations de produits pétroliers ont augmenté de 61 % par rapport à 2009.

L'Union européenne demeure la zone privilégiée des échanges commerciaux du Languedoc-Roussillon. L'UE contribue à 63 % des importations de la région et 60 % de ses exportations. L'Espagne est le premier partenaire économique, suivi de l'Italie puis de l'Allemagne

Liens utiles